Exemple de Solesmes

Voici en 17 étapes, la réalisation du tableau de la ville de Solesmes. Les photos ont été prises « au jour le jour » soit en 15 jours environ , au fur et à mesure de l’élaboration et de la peinture aux différents stades de l’œuvre.

Au départ, mise à l’échelle du dessin général de l’encadrement et blocage des teintes. Le « blocage » est le premier passage de la peinture. Il en faudra souvent 3 ou 4 pour le définitif. Et ce, pour chaque couleur utilisée. Comme je le dis en conférence c’est environ 16 ou 17 passages, depuis le départ jusqu’aux derniers vernis, ce qui explique facilement les 60 ou 70 heures nécessaires au total. 

On voit ici la peinture des différents tons de cet encadrement, qui est toujours le premier stade de la peinture en cours. Viendront  ensuite le cartouche et la vue du lieu. Cette huitième vue est la peinture quasi définitive de cet encadrement peint. Une difficulté vient des dégradés à observer pour mettre en valeur un relief, tant du motif, ici architectural, que des rouleaux et motifs peints à l’or.

On en vient maintenant à la partie centrale, c’est à dire le cartouche de dénomination du lieu et la vue proprement dite. Après finition totale de l’encadrement il faut faire le fond de ciel et transférer l’image préalablement dessinée sur papier puis commencer le cartouche.

 Il s’agit de faire maintenant un vrai tableau miniature de ce lieu en le rendant le plus vrai et vivant possible par l’adjonction de personnages et par la vérité historique des bâtiments. On voit notamment ici un groupe de quatre dames descendant de la berline et se rendant au château, accueillies par les seigneurs du lieu, sous les yeux de deux paysans au premier plan. Ainsi nous parviennent des détails de costumes ou encore des véhicules utilisés en  cette fin de XVI éme siècle, ou tout début du XVII éme.   

Enfin, sur cette dernière vue, tous les détails apparaissent, avec ce foisonnement de décors  à l’or, caractéristique du style un peu « ampoulé » de l’époque, mais si magnifique. Ce qui nous permet de retrouver la maîtrise des peintres de la Renaissance, gothique flamboyant reconnaissable entre tous. Mais ce qui est particulièrement intéressant c’est la configuration du paysage, du village et des bâtiments le composant qui retient l’attention des historiens quelques 400 ans plus tard.