L’histoire du duc Charles de Croÿ

Le duc Charles de Croÿ

Charles de Croÿ appartient à l’une de ces grandes familles qui, sous les ducs de Bourgogne et les rois d’Espagne, jouèrent un rôle considérable dans la vie politique et économique des Pays Bas Espagnols. Il naquit au château de Beaumont ( Hainaut ) le 1er juillet 1560, fils de Philippe, 3iéme duc d’Arschot et de Jeanne, dame de Comines et de Halluin. Il est aussi prince de Chimay, comte de Beaumont, de Seninghem, de Porcean, seigneur d’Halluin et de Comines, vicomte de Nieuport

Le 3 septembre 1580, à l’âge de 20 ans, il épouse Marie de Brimeu ( 1550 – 1605), veuve de Lancelot de Berlaymont. A l’occasion de ce mariage, il reçoit la Principauté de Chimay. Sa femme, picarde, calviniste convaincue, exerce sur lui une influence décisive et lui fait abandonner la foi catholique et abandonner son soutien au roi d’Espagne.

En 1581, sa mère meurt et lui lègue le patrimoine de la maison de Comines-Halluin. En 1584, il se sépare de sa femme ( mais il administrera tous ses biens jusqu’en 1599). Peu après s’être séparé, il abjure sa conversion et foi protestantes et revient dans le giron de l’Eglise catholique romaine. En 1593, il devient grand bailli du Hainaut ( lettres patentes du 25 mars) . fonction qu’il exerça jusqu’à sa mort.

En 1595, après la mort de son père, Charles hérite de tous les domaines de la maison de Croÿ dont le duché d’Arschot, la principauté de Chateau-Porcien, les comtés de Beaumont et de Seninghem, les seigneuries d’Avesnes, Lillers, Quievrain, Esclaibes, Beveren, les franches-terres de Fumay et Revin et bien d’autres petites propriétés.

En décembre 1605, après avoir participé à de nombreuses expéditions militaires et assumé  plusieurs fonctions importantes, qui lui vaudront d’être reçu chevalier de la Toison d’Or en 1599 ( n° 291),  il épouse sa cousine germaine, Dorothée de Croÿ, fille ainée du duc d’Havré et quitte les affaires publiques afin de se consacrer essentiellement à la gestion de ses domaines et de ses collections. Il meurt à l’âge de 52 ans, en 1612 au château de Beaumont laissant son patrimoine à sa veuve qui vivra encore cinquante ans. Faute de postérité légitime, ses biens furent légués à la famille d’Arenberg.

Portrait du duc Charles II de CROY

          Ce tableau peint sur toile a été réalisé par moi même d’après des archives d’époque. Il permet d’apprécier les détails vestimentaires de la toute fin du 16éme siècle et la richesse des vêtements de la noblesse d’alors.   Ces archives étaient donc postérieures à 1599, puisqu’il porte le collier de la Toison d’Or  pardessus la cuirasse d’apparat.

Les collections

Ce noble fastueux est un collectionneur averti : tableaux, manuscrits, monnaies et médailles s’accumulent dans ses châteaux. En 1590, il fait dresser un cartulaire des cens et rentes des terres de Comines et Halluin et il en fait de même pour la principauté de Chimay un peu plus tard. Ces cartulaires comportent de nombreux plans coloriés à la manière d’un cadastre. L’idée lui vint alors de faire reproduire en correspondance avec ces plans la vue de chacune des localités peinte à la gouache sur parchemin à la manière d’un petit tableau. Deux gros volumes couvrent les biens situés en Hainaut, en Brabant, Flandre, Namurois, Artois et Picardie.

Puis, débordant le cadre de ses terres patrimoniales il entreprend la description des provinces où il exerce une haute fonction. La première est le Hainaut, Tournai et le Tournaisis. Puis la châtellenie de Lille, Douai, Orchies. Enfin c’est le comté d’Artois dont il fut gouverneur et capitaine général à partir de 1597. Enfin il fit peindre en 1608-1609 toutes les localités riveraines de la Sambre, de la Lys, de la Scarpe et de l’Escaut.

C’est un ensemble de 2500 vues peintes en grands folios de parchemin qui constituent cette magnifique et importante collection richement reliée en cuir de veau. Elle fut entreposée dans une tour d’angle du château de Beaumont, sa résidence, que le duc fit aménager en bibliothèque et cabinet de travail. On la connait sous le nom de Sainte Barbe ou aussi sans doute Salamandre, plus tard après restauration. Elle existe toujours à Beaumont et peut être visitée.

Adrien de Montigny

Peintre valenciennois il se voit confier la direction de l’œuvre. Le travail qui lui est confié est énorme. Il doit parcourir toutes les régions que Charles de Croÿ voulait voir figurer dans sa collection, dresser sur papier un croquis colorié de chaque ville, village, château, abbaye et couvent. Il voyageait à la bonne saison, se réservant l’hiver pour reproduire en atelier son modèle en parchemin, non sans l’enjoliver parfois au gré de sa fantaisie. Il était aidé dans ce travail par des collaborateurs.

Pour donner une allure somptueuse à ces tableautins, on les encadrait d’un décor fait soit de fleurons formés de volutes or ou argent, soit d’ornements architecturaux, soit encore de fleurs, de fruits, d’oiseaux ou d’animaux domestiques.